Groupement des syndicats du négoce agricole
Contact
NACA au service des entreprises de négoce agricole Centre-Atlantique

Techniques culturales

Prosulfocarbe et dérive de pulvérisation


Dans tous les domaines, la dérive est dangereuse. L’agriculture ne déroge pas à cette règle. Nous parlons de dérive de pulvérisation bien sûr ! Les applications de prosulfocarbe sur céréales à l’automne peuvent causer des problèmes de résidus sur d’autres productions sur le point d’être récoltées. De récents articles de presse ont également fait état de sa présence en zone urbaine. Rappel des obligations liées à l’utilisation de ce produit.


Les applications de prosulfocarbe sur céréales à l’automne ont déjà entrainé des dépassements de limite de résidus sur des cultures non-cibles engendrant des problèmes de commercialisation de ces dernières. Depuis 2017, des obligations ont été mises en place pour les applications de prosulfocarbe.

Utilisation de buses anti-dérive homologuées

L’utilisation de buses anti-dérive homologuées par le ministère de l’Agriculture est une obligation pour les applications de prosulfocarbe. Une liste de buses homologuées existe et est régulièrement mise à jour par le ministère. Il s’agit principalement de buses à injection d’air. Pour chaque buse, une pression maximale d’utilisation est donnée. Il convient de la respecter pour que l’effet anti-dérive soit effectif. Les essais d’Arvalis montrent que l’utilisation de ce type de buse n’a pas d’effet négatif sur l’efficacité du désherbage.

Ne pas traiter en présence de cultures non-cible dans un rayon d’1 km

Depuis 2018, des règles ont été mises en place concernant les applications de prosulfocarbe à moins d’1 km des cultures non-cible.

  • Si des cultures non cibles sont situées à moins de 500 mètres de la parcelle traitée : ne pas appliquer le produit avant la récolte de ces cultures.
  • Si les cultures non cibles sont situées à plus de 500 mètres et à moins d’un kilomètre de la parcelle traitée :
    • Ne pas appliquer le produit avant la récolte de la culture.
    • Ou, en cas d’impossibilité, appliquer le produit uniquement le matin avant 9 heures ou le soir après 18 heures, en conditions de température faible et d’hygrométrie élevée.

Les cultures non-cibles sont les suivantes :

  • Cultures fruitières : pommes, poires.
  • Cultures légumières : mâche, épinard, cresson des fontaines, roquette, jeunes pousses.
  • Cultures aromatiques : aneth, cerfeuil, coriandre, livèche, menthe, persil, thym.
  • Cultures médicinales : artichaut, bardane, bourgeon de cassis, cardon, chicorée, mélisse, piloselle, radis noir, sauge officinale.
  • Autres cultures : sarrasin, quinoa, chia.

Syngenta a mis en place une application, Quali’Cible, pour permettre aux agriculteurs de localiser leurs parcelles et d’identifier les cultures non-cibles à proximité.

Suivant la date de récolte de la culture non-cible, soit l’agriculteur peut se permettre de repousser son application de prosulfocarbe soit il faut qu’il adopte une stratégie de désherbage sans prosulfocarbe.


Le respect de ces pratiques est le seul moyen de conserver l’utilisation du prosulfocarbe.

Dans un contexte tendu en ce qui concerne l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, les différentes mesures permettant de réduire la dérive de pulvérisation sont à appliquer scrupuleusement à proximité des cultures non-cibles mais également des zones non-cibles (points d’eau, zones habitées).

Le projet Repp’air a permis d’approfondir les connaissances sur les mécanismes de transfert des produits phytosanitaires dans l’air pour les limiter. Un ensemble de fiches pratiques a été édité à l’issue du projet ainsi qu’une vidéo de synthèse.


Sources : https://www.arvalis-infos.fr/bien-respecter-les-regles-d-application-des-produits-a-base-de-prosulfocarbe-@/view-28441-arvarticle.html

https://www.syngenta.fr/cultures/cereales/article-herbicide/nouvelles-obligations-reglementaires-application-herbicides-prosulfocarbe